Accueil / Information / Accueil
Imprimer
envoyer à un ami
 

7 jours sur la planèteLes coulisses de l'émission

accueil

<< 2 | 6 >>

La rédaction

Valérie Tibet, rédactrice en chef de "7 jours sur la planète"
On va maintenant s'intéresser à la fabrication des journaux. Car quand on est bien installé dans un fauteuil et que l'on regarde un journal télévisé, avec son présentateur, ses reportages, ses envoyés spéciaux, on a souvent l'impression d'une fenêtre qui s'ouvre comme par magie sur l'extérieur, sans entrevoir le travail que cela nécessite en amont. Mais le journal du soir commence à se préparer dès le matin. La rédaction, dont le travail peut s'apparenter à celui d'une ruche, est constituée d'hommes et de femmes qui ont chacun une mission bien particulière à remplir. Car le journalisme ne recouvre pas qu'un métier, mais une multiplicité.
C'est une mécanique, vous allez le voir, assez lourde, qui ne souffre aucune défaillance, qu'elle soit humaine ou technique. Tous les rouages doivent être bien huilés. C'est à cette seule condition que le générique peut être lancé.
Jean-Baptiste Urbain a suivi pour nous les équipes de TV5MONDE dans l'élaboration du journal quotidien.

Reportage : la rédaction

Voix off
Nous sommes à Paris, à quelques centaines de mètres de l'Arc de triomphe. Voici le siège de TV5MONDE. Ici, chaque jour, onze journaux sont diffusés dans le monde entier. Des journaux réalisés par une rédaction internationale, avec un regard francophone. Mais comment sont-ils fabriqués ? Qui les prépare ? Bienvenue dans les coulisses du journal télévisé.
Tout commence ici. Plusieurs fois par jour, les journalistes chargés de la prochaine édition se réunissent pour décider de son contenu. On appelle ça la conférence de rédaction. Un moment de débat, mené par le rédacteur en chef, un chef d'orchestre aux tâches multiples.
Paul Germain, rédacteur en chef TV5MONDE
C'est avoir quelques idées, quand même. C'est prévoir les coups. Par exemple, aujourd'hui, on est en train de préparer un sujet sur Bhopal, parce que demain, c'est le 25e anniversaire de la catastrophe de Bhopal. Et essayer d'animer, effectivement, cette équipe, la motiver, et l'écouter, aussi, bien sûr.
Voix off
Ça y est, la conférence de rédaction est finie, chacun retourne à son poste, avec en tête les sujets qui composeront le prochain journal. Mais avant d'être en direct à l'antenne, le journal se présente d'abord sous forme de conducteur. Une sorte de menu qui, du début à la fin, détaille la composition de l'édition. Un conducteur qui va sans cesse évoluer : il y a de nouvelles informations à ajouter, des reportages commandés qui, finalement, n'arriveront pas, une multitude d'imprévus avec lesquels le chef d'édition doit jongler en permanence.
Marine Guigné, chef d'édition TV5MONDE
On doit être toujours à l'affût de ce qui tombe, en fait. Voilà, donc on est toujours dans l'instant. Un chef d'éd doit toujours faire au moins trois choses en même temps. Le rôle de chef d'édition, c'est celui de l'interface entre le rédacteur en chef, le présentateur du journal, le monteur et les rédacteurs. C'est-à-dire tous les acteurs, en fait, tous les gens qui travaillent pour le journal.
Voix off
En face du poste d'édition, voici la cellule image. Ici, 24 heures sur 24, arrivent des sujets bruts du monde entier fournis par des agences de presse et d'autres télévisions. Ils permettent de relater des événements lorsqu'on ne peut pas être sur le terrain. Des images qu'il faut décrypter : c'est le rôle des journalistes de ce service.
Charlotte Lespine, journaliste cellule images TV5MONDE
Ça consiste à réceptionner toutes ces images, et à faire des petits comptes rendus qui vont informer le chef d'édition, le rédacteur en chef, les rédacteurs, de ce qu'il y a en image pour alimenter les journaux.
À TV5MONDE, certains sujets du journal télévisé proviennent d'autres journaux, les journaux des chaînes partenaires belges, suisses, canadiennes et françaises. Les autres sujets sont conçus dans ces salles, avec un rédacteur accompagné d'un monteur.
Amélie Cano, rédactrice TV5MONDE
Une fois que j'ai le sujet, je cherche déjà les images dans les archives. Et une fois que j'ai réussi à avoir toutes ces images, je les regarde. Je sélectionne quelles images m'intéressent, s'il y a des sonores, des interviews. Je cherche aussi des informations sur les agences, sur internet, dans les journaux. Et une fois que j'ai tout ça, j'écris mon texte, et alors je dois l'écrire de manière à ce que ce soit bien compréhensible, et que ce soit oral, qu'on le prononce facilement à l'oral. Et une fois que j'ai fait tout ça, je viens en salle de montage, et là, la monteuse enregistre les images, on enregistre mon commentaire, et avec ces deux parties, on réalise le montage et c'est comme ça qu'on a un sujet à la fin.
Voix off
Rédacteur, chef d'édition, rédacteur en chef, pendant que chacun travaille dans la salle de rédaction, isolée dans son bureau à quelques mètres de là, la présentatrice se concentre. Car avant d'être face à la caméra, elle doit écrire les textes qui introduisent les sujets. On appelle ça des lancements.
Isabelle Mourgère, présentatrice TV5MONDE
C'est un petit peu la sauce... la sauce mayonnaise, pour pouvoir donner envie aux gens de comprendre ce qu'il va y avoir dans le journal. Je parle beaucoup dans mon bureau, pour faire des phrases les plus compréhensibles possible. Enfin, les plus simples, en fait.
Voix off
Antenne dans moins de vingt minutes. En salle de montage, le stress monte. Direction le studio et la régie, quelques étages plus bas. Ici, l'équipe règle les derniers détails techniques. Chacun retient son souffle, car ça y est, il est l'heure. Le journal peut commencer.

Interview

Valérie Tibet, rédactrice en chef de "7 jours sur la planète"
Isabelle Veyrat-Masson, une réaction ? On voit que c'est quand même une grosse, grosse machine, un journal télévisé.
Isabelle Veyrat-Masson, spécialiste des médias au CNRS
Oui. Tous les journaux télévisés sont toujours impressionnants. C'est important de le dire. Il faut, comment dirais-je, gérer des milliers d'informations, savoir quelles sont les informations importantes, et puis en ce qui concerne la télévision, avoir des images. Les images ne parlent pas toutes seules, il faut à chaque fois les commenter. Il faut être très court. Les sujets, comme on dit, ne cessent de diminuer, de se raccourcir. Je me souviens, quand j'avais travaillé sur les journaux télévisés dans les années 70-80, les sujets duraient pratiquement presque deux fois plus longtemps que les sujets actuels, donc il y a ce désir de raccourci.
Valérie Tibet, rédactrice en chef de "7 jours sur la planète"
Aujourd'hui, le bon calibre, c'est 1 minute 30, à peu près.
Isabelle Veyrat-Masson, spécialiste des médias au CNRS
On était plutôt à 2 minutes 40, à l'époque, donc on voit bien que l'idée, c'est de raccourcir de plus en plus, multiplier les sujets. Il y a à la fois des sujets qui sont très importants, on voit bien le rôle des sujets internationaux, et en même temps ce ne sont pas forcément ceux qui intéressent le plus les téléspectateurs. Donc, il y a là un choix constant à faire entre ce qui semble important à une rédaction de télévision qui est très branchée sur le monde, branchée sur la politique, et puis ce qui est important pour les téléspectateurs, forcément plus préoccupés par leur quotidien, par leur vie de tous les jours. Et en même temps, il y a une autre difficulté, qui est aussi le décalage entre, comment dirais-je, l'ensemble des connaissances nécessaires pour faire un journal télévisé et puis les connaissances qu'ont les téléspectateurs lorsqu'ils regardent un journal télévisé. Et on sait qu'en fait, beaucoup d'informations sont perdues à cause de la difficulté pour comprendre à la fois les mots, et on est dans notre sujet, les informations, les thèmes, et on ne comprend bien quelque chose que lorsqu'on a déjà un certain nombre de bases.
Valérie Tibet, rédactrice en chef de "7 jours sur la planète"
C'est-à-dire que tout le monde n'a pas la même capacité de décryptage de l'information.
Isabelle Veyrat-Masson, spécialiste des médias au CNRS
Non, on n'a pas tous la même capacité de décryptage, on n'a pas tous les mêmes cultures, on n'a pas tous la culture ou les cultures, on n'a pas les mêmes degrés de compréhension de la langue, et en fonction de tout cela, les grilles de compréhension sont différentes. C'est, pour les journalistes, un vrai challenge - pour parler français - que de faire un sujet qui soit à la fois intéressant, et qui ne soit quand même pas trop simplifié.
(Valérie Tibet, rédactrice en chef de « 7 jours sur la planète »
Ce défi, c'est la rédaction tout entière qui le relève. Et là, le fait que l'on puisse puiser dans la grande famille francophone de la télévision, est-ce que ça vous paraît être un avantage, finalement, un atout supplémentaire ?
Isabelle Veyrat-Masson, spécialiste des médias au CNRS
Alors, pouvoir puiser dans des télévisions qui ne sont pas les nôtres, c'est un atout... C'est un atout, puisque j'imagine que, vous comme moi, nous sommes passionnées par ce qui se passe dans le monde, et par les différences de sensibilité, les différentes visions, la manière complexe de voir les réalités. En même temps, on voit bien que c'est aussi un écueil, parce que plus on s'éloigne des individus, plus on s'éloigne de leurs préoccupations. Et on sait, c'est ça qui est extraordinaire, que ce n'est pas la peine d'aller très loin pour voir à quel point les préoccupations sont différentes. En Belgique, déjà, les choses sont différentes de la Suisse, de la France, évidemment du Canada. Donc, plus on s'éloigne et plus on risque de s'éloigner des préoccupations de chacun. Or, comme votre journal s'adresse au monde entier, à chaque fois il prend le risque de s'éloigner des préoccupations des uns et des autres. Donc, trouver le plus grand dénominateur commun, et le plus petit dénominateur commun, c'est-à-dire osciller entre information et communication, c'est évidemment la difficulté de votre travail. En même temps, avoir le regard des Belges ou des Suisses sur l'actualité française, c'est souvent intéressant. C'est forcément intéressant puisque, parfois on est collés sur notre information, collés sur notre quotidien, notre réalité, notre petit pays, et on ne voit pas en quoi c'est intéressant, en quoi ça n'est pas intéressant, en quoi est-ce que c'est compliqué ou en quoi est-ce que c'est original. Et le regard des autres nous oblige à nous poser la question de notre réalité quotidienne, avec un regard tout à fait nouveau et étrange.

Anouk Greger (SUISSE)

Bonjour,
j'enseigne le français à des lycéens, et j'ai découvert récemment "7 jours sur la planète". Je vais l'utiliser prochainement, car rien de tel que des images, du son et des sujets d'actualité pour intéresser les jeunes. Merci à toute l'équipe, votre travail est formidable!
Anouk
PS: Peut-on avoir accès aux reportages plus anciens?

phasme (VIET NAM)

Bonjour.
Je suis un lyceeen vietnammien du lycee "LE QUY DON" . J'aime bien la francais.Je contaste que "TV5 monde" c'est un outil util pour mes etudes.Je fais toujours les exercices de " 7 jours sç la planete". En effet, je commence à utiliser le programme"mon yahoo" et j'ai quelques problemes. Je ne peux pas voir les emissions que j'ai renvoye sur "mon yahoo". j'espere que vous m'aiderez de resoudre ce probleme.
Merci!

João Carlos de Camargo Maia (BRÉSIL)

Je vous salue de votre travail.
Vraiment, il est une outil fantastique pour apprendre le français. Je suis élève dans l'Alliance Française, ici au Brésil (São José dos Campos - São Paulo) et j'ai decouvri seul ce site sur l'internet.
Je vous demande de envoyer une suggestion a tous les A.Française bresilienne pour l'élève savoir et vous connaittre.
Pardon comment j'ecris, mais je etudie le français depuis janvier et je ne sais pas ecrire bien.
Merci beaucoup. A bientôt,
João Carlos

Pham (VIET NAM)

Bonjour ,
je veux partir en France pour continuer mes études a` l'universitaire l'année prochaine . je trouve que les émissions pédagogique sur tv5 sont tre`s intéressants , ils ne sont pas seulement la théorie , mais aussi le réalité , surtout les informations quotidiennes . Je les aime beaucoup et je les pratique souvent .
Mais , c'est vraiment efficace s'il y a un petit forum pour que tout le monde peut échanger les expériences et se pratique le francais . j'espère que je peux faire connaisance avec bcp des gens qui aiment le francais comme moi-meme .

Merci ,

cristóbal (ESPAGNE)

Je suis un homme de 41 ans, et j'etudie le deuxiéme cours de la langue française en Espagne. J'aime tout le français, mais ma passion et mon reve c'est parler et ecrire en français trés bien. Votre programme c'est magnifique pour apprendre la langue française et je pense qu' un jour je parlerai comme un français avec votre aide. Merci Beaucoup.
Au revoir

Lydie (TCHÈQUE, République)

Monsieur,

Je voudrais vous avertir que aujourd´hui, le 1 mai 2010, votre émission 7 JOURS SUR LA PLANETE a été émis sans les sous-titres. Je suis vraiment déçue pour cet incident technique.

Dans l´espoir que mon courrier aura su attirer votre attention, je vous prier de croire, Monsieur, en l´expression de ma haute considération.

Belmiloudi Mohammed (MAROC)

Bonjour

je veux dire au personnel de la tv5 merci mille fois ,vous m' avez tout simplement rendu amoureux de la langue française ,

Ana Margarida (BRÉSIL)

Je suis bresilienne.J aime beaucoup la culture française.La France me manque ...
alors grâce à TV5 Monde je peut voir tout sur ce beau pays.Je fait les exercices 7 jour sur la planete et un jour je parlerai bien cette jolie langue.Merci beaucoup.

Demande un ligne (VIET NAM)

Bonjours à vous tous !
Je vais subir un examen Delf B1 dans deux mois, mais je ne viens pas à trouver tous les exercices concernant ce niveau. Pourriez vous me donner un ligne sur tv5.org pour que je sois autodiacte chez moi ?
Merci d'avant.

Archives (AFRIQUE DU SUD)

J'aime beaucoup l'emission "7 jours sur la planète" Bravo! Je l'utilise pendant mes cours à l'université et en particulier. Une question : est-ce possible de voir la sequence plus ancien que "la semaine d'avant" Est-ce qu'il y a des archives? et si oui, comment acceder à ceux ci? Merci

mercie (YÉMEN)

merci beucoup t.v.5 moi je m appele salahco 1er j adore la france j aime beucoup francaise je veux apprendre le frrancais mais de facon facile matenant je peux l apprendre par t.v.5 je vous remercion sur votre emission special qui je peux apperndre le francaise vite

Remerciemment (VIET NAM)

Grand merci a vous tous,
Je viens de trouver votre don, c'est très intéressant. J'apprend le francais de puis 4 ans, mais mon niveau du francais assez mal. Désormais, j'entraine souvent vos exercices en ligne afin d'améliorer mes compétences CO, EO, CE et EE.
Grand merci à vous tous.

remerciement (MOLDAVIE, Rép. de)

Je suis la formatrice labellisée TV5 en Moldova et je vous avoue que c'est une émission FANTASTIQUE !!! J'utilise les exercices proposés par la chaîne pendant mes cours au lycée et à l'Institut où je travaille. C'est super de vous avoir comme outil d'apprentissage!!! Merci

aprender fraçais (CANADA)

bonjour tv5 monde s`l vous plait je voudrais savoir comme je peut aprender le fraçais de le pais du france,pour voir videos , film ,gramaire , etc je cherche et jamais trouve une bon émission

les exercices en linge (IRAN, Rép. islamique de)

Je suis très interessé de utiliser vos exercices en ligne mais à cause de vitesse de l'internet qui a été diminuée par le gouvernement en Iran je suis incapable d'écouter convenablement. Est-ce que c'est possible de télécharger les écoutes?
En attendant de votre réponse,

Cordialement
Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978).
Pour toute modification, contactez-nous
Votre nom :
Votre pays :
Votre courriel
Votre commentaire

Votre nom :
Votre courriel :
Nom du destinataire :
Courriel du destinataire :
Votre message :
Accueil / Information / Accueil
Imprimer
envoyer à un ami